Lyon et ses Lumières

par Pierre Chenoune-Liraud

À Lyon, durant la période de Noël, ne comptez pas sur la ville pour suspendre de petites guirlandes lumineuses violettes, rouges et vertes. Ne vous attendez pas non plus à voir un père Noël au centre commercial de la Part-Dieu. Non, à Lyon, ayez des attentes plus spectaculaires, voyez les choses en grand, faites preuve d’imagination et d’esprit créatif… Rendez-vous à la fête des Lumières.  

Mais la fête des Lumières, qu’est-ce que c’est ?  

La fête des Lumières est tout simplement le grand événement qui  rassemble tous les Lyonnais et les touristes qui ont fait le déplacement  pour admirer çà et là dans la capitale des Gaules -Lyon-, de magnifiques projections lumineuses accompagnées de musiques en tous  genres qui font vibrer toute la soirée durant, les rues lyonnaises. Lors de celle-ci, admirez la magie que procurent les somptueuses projections desquelles Disneyland n’arrive pas à la cheville. Mais surtout, n’oubliez pas d’admirer, contemporainement, les monuments qui servent de toile de fond aux lumières. Découvrez ainsi la grande Cathédrale Saint Jean-Baptiste, le palais de justice et les maisons mitoyennes du Vieux-Lyon qui bordent la Saône, la place Bellecour, l’intérieur du Grand Hôtel Dieu, le Château Lumière (résidence dans laquelle vécurent la famille Lumière), le Parc de la Tête d’Or, la rue de la République, la place des Terreaux et bien entendu…  la Basilique de Notre Dame de Fourvière, illustre édifice, symbole de la ville de Lyon nichée sur les hauteurs de la Colline de Fourvière. Bien entendu,  d’une année sur l’autre, de nouveaux bâtiments se retrouvent sous les feux des projecteurs, tandis que d’autres restent dans la pénombre.  

Mais alors, d’où vient cette fête mondialement reconnue ? Originalement, au début du mois de novembre, les Lyonnais déposaient un lampion sur leurs fenêtres pour fêter la vierge Marie et l’immaculée conception. Sachez chers lecteurs qu’à Lyon, on voue une adoration particulière pour la vierge Marie qui domine la ville du haut de la basilique de Fourvière. La légende raconte que cet amour est dû au fait que Lyon lors de l‘épisode de la peste noire, s’est trouvée particulièrement épargnée, des suites de nombreuses prières faites par les  Lyonnais depuis la colline de Fourvière à cette époque. 

Et aujourd’hui, modernité et avancée technologique obligent, les lampions ont été remplacés par des matériels de grande qualité qui, tous les ans, le temps de quatre jours en décembre, plongent la ville dans une explosion multicolore de lumières et de sons, comme un avant-goût de paradis dans la ville des lumières.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :