Mis en avant

Pensez, osez, parlez !

Là est la première difficulté que l’on rencontre lorsque l’on souhaite s’exprimer en public : le public. J-P. Sartres lui-même disait que « l’enfer, c’est les autres », les autres qui vous jugeront, analyseront, qui décortiqueront vos dires pour les retourner contre vous, qui, par leurs expressions faciales vous diront « vas-y, c’est bien ce que tu dis, continue ! » ou au contraire « arrête le massacre ! heureusement que le ridicule ne tue pas ».

Mais savoir affronter son public n’est pas une mince affaire. Il faut faire preuve de pugnacité, de détermination et de confiance en soi. Si vous-même n’êtes pas intimement convaincu et persuadé de ce que vous avancez, comment d’autres pourraient-ils l’être ? 

Convaincre est tout un art, un art qui ne s’improvise pas. Cet art requiert du travail, de l’étude, du temps et de l’expérience car n’est pas bon orateur qui veut.

Pour savoir convaincre, il faut soit même être convaincu. Il n’est pas nécessaire d’être convaincu que ce que l’on avance est vrai et irréfutable, il faut simplement être convaincu que ce que l’on présente convaincra et saura marquer les esprits. Là, est l’art de la sophistique, savoir défendre tout et son contraire en étant convaincu que ce puisse être défendable.

Celui qui défendra l’idée selon laquelle la Terre est ronde s’appuiera sur des photographies car il saura que son argument fera mouche et suscitera de la conviction de la part de son orateur. Mais celui qui défendra la thèse inverse, selon laquelle la Terre est plate, pourra dire qu’on ne peut vouer une pleine et entière confiance à des photographies qui ont été prises par autrui et qui peuvent très bien avoir été travesties. Pour certains, cet argument pourrait faire toute la différence.

Ce qu’il est important de retenir et de bien comprendre, c’est que lorsque l’on s’exprime publiquement, que ce soit lors d’une tirade ou durant un débat, bien souvent on ne fait que défendre et apporter sa propre opinion sur laquelle on va argumenter et se fonder pour développer des théories. Ces opinions que l’on a nous paraissent bonnes pour nous-mêmes et nous semblent touchées par la grâce de la vérité. Néanmoins, ceux possédant des opinions différentes pourront penser de même sur les leurs … c’est en cela que nous avons utilité à débattre et à exprimer publiquement nos avis, pensées, théories et opinions, afin de pouvoir en discuter et s’enrichir des opinions dissidentes. 

Alors, lorsque l’on souhaite s’exprimer publiquement, faire part de théories, de pensées construites et développées, d’opinions mures et réfléchies, il ne faut pas se laisser submerger par ses émotions et surtout ne pas craindre le ridicule, car le plus ridicule n’est pas celui qui ose s’exprimer, mais celui qui se moque sans oser. Exprimer son opinion est donc une action très louable qui ne doit pas être limitée par la peur d’autrui. Celui qui n’acceptera pas votre opinion, parce qu’elle est différente ne méritera pas que vous la lui partagiez car si même Voltaire affirmait que « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire », quiconque pourrait vous empêcher de partager honnêtement vos pensées ?

La liberté de conscience et de pensée que nous possédons aujourd’hui est un des biens les plus précieux que nous ayons en nous, alors il faut savoir s’en servir pour faire évoluer nos sociétés et oser la mettre en pratique malgré ses réticences afin d’assurer la pluralité de conscience et d’opinions, si chère à toute démocratie libérale et à toute évolution culturelle.

TACK N°11 : DARE.

Game Developers Choice Awards

By Bastien Silty and translated by Maia Sefton.

During the past year we have had the chance to approach a great number of subjects, which include a huge number of independent video games.We studied these games by taking them out of the authors’ ludography. A ludography is a study of an author’s games as a whole. This year i will specify the stories of these creators and the studios. I will start with a main actor in the independent video game scene: Edmund McMillen.


Last year started with GREY, his fairy univers with colorful landscapes. But let us dare to stray away from that and to take more of an interest in the gross and muddy, meat, boogers and childhood traumas. In this very particular university of McMillen uncontested and unmatched we are going to take an interest in a few of his games such as: Super Meat Boy (2010 PC), Binding of Isaac (2011 PC and the different extensions like Binding of Isaac: Rebirth and Afterbirth), The End is Nigh(2017, PC and Switch) and The Legend of Bum-bo (2019, PC, Iphone, Switch).

To give you a quick rundown of the games we find 2 genres: The platform games with Gish, Super Meat Boy and The End is Nigh, but also Role Playing Games (RPG) with the different opuses of The Binding of Isaac and The Legend of Bum-bo. The platform games, here they are in two dimension, are games that consist of moving a character forward from a point A to a point B like the Mario games. The RPG gathers up all the games where the player becomes the character whose abilities evolve during the game. Even though a plethora of sous categories, we are going to specify 2 of them: Roguelike for Isaac and puzzles for Bum-bo. The term roguelike refers to games similar to Rogue (1980, PC and consoles). The player is a character moving from room to room collecting objects and experience that will allow him to become strong enough to defeat the final boss. The RPG puzzles consist of solving puzzles to unlock rewards that will make solving the next puzzle or fighting the next boss easier.


Going back to Edmund, born in California in 1980, he grew with his grandmother and his drawings of monsters. He abandonnes his career as a comic artist to throw himself into video games at the start of the 2000s. So it’s time to do a quick tour of his univers to understand just how the gross is obscured by the fun of the game?

McMillen strays from the recent watered down productions of video games, the most popular reason to explain the Fortnite (2017, PC) phenomenon is it’s gentleness and it’s childish design. Our independent creator starts his production by coding a huge heap of mud squishing his enemies, he then created a story around a boy made of meat saving the princess of plasters from the hands of the evil Dr.Foetus. What followed was a sketch of a child who cries to defend himself from a mother who is possessed by Christ, who is trying to kill him, so he must insert himself into her uterus to destroy her heart. On a nicer note, you have to collect human limbs to build a friend while a baby throws his teeth, poop, boogers and tears at cardboard enemies. If all this seems very pictorial, it isn’t, that is literal the description of the game.


In the Tack n°9 and the study of the revolution of a genre with Celestewe have seen that a successful gameplay is necessary for a game to be recognised by its peers. McMillen had a stellar gameplay to be recognised as an excellent game creator. He handles the curve progression brilliantly. Thus, the game gets harder and harder the more and more you play it.

TACK N°13 : ALL MEN ARE RAPIST

Translated by Maia Sefton

(trigger warning: sexual harassment)


Every single man evolves in a society that gives him the privilege to dominate and authorises even sometimes urges them to be dangerous for women to preserve the control they already have over them.

The simple fact of being a man lets them enjoy an impunity regarding sexual harassment and rape, it can even encorage it : It’s known as rape culture. Even a man who allies himself with feminism is sexist since he has integrated violent behaviors due to the patriarchy he was raised in. Not integrating actions that come from rape culture is virtually impossible due to the unavoidable male based culture, so it’s more important to focus on how the actions manifest themselves and not whether or not they exist.


That’s why it’s important to not make any exceptions: all men are concerned since they are all privileged within the patriarchal system- and they all need to hold themselves accountable for their bad habits and take responsibility for them so they stop happening.

We can’t forget that a rape isn’t necessarily violent, it’s also nagging someone into sex, taking their chance with someone while they’re asleep or drunk, using their love as blackmail, knowing that someone can’t say no or abusing their social status and power to coerce someone into sex.


This also brings to light a certain taboo: In 94% of cases the rapist is close to their victim. There is no way to spot a rapist so no way to anticipate sexual harassment; no particular physical trait, no job or attitude that would allow us to spot the danger. The rapist is a regular man that we know, have talked to, laughed with or gotten a coffee together. Nothing let’s us know that he would rape yet he does. Keeping an eye on man, all me, now seems extremely necessary. And it is a huge ask of women who are the ones who have to be “responsible” and on the lookout 24/7 for these pervs who are a minority – because it’s only a handful of “disturbed people”- but omnipresent nonetheless- because you have to be careful all the time, everywhere. “So how to stop men from raping?”.

TACK’antine N°5 : Tartines au curry

Ingrédients :

. 4 tranches de pain

. Sauce tikka massala

. 1 petite courgette ronde

. Fromage râpé.

. Ciboulette.

Étaler de la sauce tikka massala sur les tranches de pain. Disposer deux ou trois rondelles de courgette puis du fromage râpé. Enfourner 7 minutes à 180 °C. Parsemer de ciboulette et de poivre.

TACK N°12 : Not all heroes wear capes

Illustrated by Bettina Lormeau

By Lino and translated by Maia Sefton.

Do you need a cape, tights, red underwear and a sigil on your chest to be a superhero? If these clichés, imposed by the american comic book culture after the second world war, they’re nowadays a norm in everyone’s collective imagination for superheroes but they may no longer be beholden to that. A superhero is defined by his or her supernatural powers that they use for the greater good.


They can, depending on the hero, fly, lift cars or see through walls. However a superhero is a creation of fiction. An image, a drawing, an actor. Except that a superhero doesn’t need to embody all of these characteristics to be a hero. The hero, a true hero, is someone who lives on your street, who doesn’t have to wear a mask to use his “powers”. The real heroes of our world aren’t the ones in the cinema (especially not right now), but the ones who in our daily lives even the most boring and monotone days.


There are in fact heroes out there whose stories deserve to be put on a pedestal, for example the story of Stephane Ravacley is deserving of become a scenario for a comics film. Stephane Ravacley is a baker in Besançon. Laye Fodé Traoré, 19 years old is an apprentice in his bakery and was forced to leave the metropolitan french territory once he reached adulthood.


To fight against the expulsion of his apprentice, the baker started a hunger strike on the third of January 2021.


This news was spread through multiple medias and his actions allowed Laye to stay in France. Even if no adaptations of his story have been made, it is undeniable that Stephane Ravacley can be considered as a true hero.


He shows himself to be one by putting his own health in peril to help someone whose own danger looms over them. “ If we don’t do something exceptionnel at some point in our lives(…) ” said the baker to the media Brut.


To do something exceptionnel. Stephanes exploit leads us to question what a superhero is. A superhero is no longer just a fictional character. He is no longer just a drawing but becomes a real person in our world.


He can become one of us depending on what we choose to do. * To do something exceptional. These words from Stephane Ravacley resound deeply today. At the time of Coups, protests and social, economic and sanitary crises, doing something exceptionnel is heroic.


Being an everyday hero is a fight. A fight that we need to lead armed with undoubtable kindness and courage for all circumstances.


Our turn.

TACK’antine N°5 : La mousse au chocolat.

Cette recette est végétalienne.
Proposée par Mayli.

Ingrédients :

⚫️ 220 mL d’aquafaba froid

⚫️ 170g de chocolat noir

⚫️ 50g de sucre.

Faire fondre le chocolat à feu doux et le laisser refroidir pour qu’il soit à température ambiante tout étant encore liquide. Fouetter l’aquafaba froid dans un bol au batteur électrique et ajouter le sucre en filet au bout de 5 minutes.

Quand l’aquafaba est bien monté (10 minutes en tout), incorporer délicatement le chocolat avec une spatule. Réserver une nuit au réfrigérateur.

Les sorcières effraient encore le patriarcat.

Écrit par Mayli, illustré par @ecchymog

La chasse aux sorcières de la Renaissance comptera quelque 100 000 exécutions en Europe dont  principalement des femmes vielles, pauvres et rurales. Entre 1560 et 1660, la répression est  brutale, notamment le long du Rhin, mais les femmes sont coupables par nature dans la religion  catholique. L’église, qui incite fortement à la délation de ces femmes juives, est bien à l’origine du  mythe de la sorcière perverse et du sabbat, cérémonie diabolique dans laquelle orgies  fantastiques et cuisine à base d’enfants se mêlent. La sorcière apparait d’autant plus menaçante  qu’elle est juive, sa persécution repose alors beaucoup sur un imaginaire du complot dans le  cadre d’une répression des hérésies troublant la chrétienté. Si une femme était soupçonnée d’être  une sorcière, c’est-à-dire si elle parlait fort ou vivait seule, elle pouvait être torturée jusqu’à trouver  la marque du diable ou n’importe quelle cicatrice qui confirmerait son pacte avec lui. Elle était  aussi parfois ligotée et jetée à l’eau : si elle restait à la surface, les soupçons étaient confirmés et  elle allait au bûcher, si elle coulait, c’était une femme ordinaire mais désormais noyée. La lutte de  l’église est redoutable car le diable est accusé de causer tous les malheurs, à savoir le schisme et  les épidémies – épidémies amplifiées par le nombre croissant de rats à cause des tueries  massives de chats, animal associé à la sorcellerie. Par ailleurs, le développement de l’imprimerie  permettra la diffusion spectaculaire du traité Malleus Maleficarum ( ou « marteau des sorcières » )  à la fin du XVème siècle qui diffuse l’idée de l’infériorité de la femme et de la menace des  sorcières. 

La sorcière, femme indépendante et libre inquiète en effet beaucoup les hommes. Car que reste t-il d’une femme qui n’a ni enfants, ni époux? De la puissance. La sorcière choisit son propre  mode de vie, faisant fi des pressions sociales qui demandent à une femme de ne pas avoir de vie  sexuelle trop intense, de se marier et d’enfanter, de ne pas utiliser ses savoirs. La sorcière vit  seule et s’épanouit en aidant la communauté grâce à ses précieuses connaissances  thérapeutiques, bien plus efficaces que les saignées encore pratiquées. La femme célibataire  qu’est la guérisseuse incarne l’indépendance, socialement dévalorisée dans l’éducation des  jeunes filles. En effet, pour celles-ci, l’épanouissement personnel est apparenté à la fondation  d’une famille alors que dans la culture masculine, il n’y a pas de mariage merveilleux mais un  désir de conquérir le monde. Si les vielles femmes sont les plus opprimées, c’est parce que leur  expérience leur apporte de l’assurance, renforcée par l’absence d’encadrement d’un mari. Elles  sont alors moins soumises que les jeunes filles, répondent aux juges et aux bourreaux, arrogance  évidemment condamnée dans le modèle patriarcal. De plus, le corps féminin vieillissant est une  figure de répulsion, les cheveux gris sont perçus comme un signe de négligence – ou de révolte –  puisque la femme doit évoluer le moins possible physiquement. Au contraire, la position  dominante des hommes les placent en sujet absolu : l’esprit rationnel est étiqueté masculin et le  corps naturel, féminin. Le vieillissement féminin est donc plus problématique, la femme n’étant  rattachée qu’à son corps : dans le poème Une charogne de Baudelaire, l’auteur décrit la carcasse  en anticipant le destin futur de son amante, sans penser au sien. 

Aujourd’hui, l’époque où l’on pensait devoir tuer la femme pour créer l’homme moderne est  révolue – si l’on ne tient pas compte des quelques 146 féminicides en France en 2019 (une femme  tous les deux jours et demi, augmentation de 21% sur un an). Le retour de la sorcière ces  dernières années est fracassant en littérature; les ouvrages Les Sorcières de Céline du Chéné,  issue d’une série documentaire sur France culture (2018), et Sorcières La puissance invaincue des  femmes (2018) de Mona Chollet, se complètent harmonieuxement pour une rencontre profonde  avec les sorcières. Néanmoins, déjà à la fin des années 1960, certains mouvements féministes  s’emparent de la figure de la sorcière comme symbole de rébellion. Le groupe WITCH (Women’s  International Terrorist Conspiracy from Hell), né le jour d’Halloween de 1968 à New York, montrait  sa mouvance anti-capitaliste en jetant des sorts devant Wall Street. Les sorcières américaines  continuent de se réunir pour ensorceler le président au pied de la Trump Tower, et en France, le  Witch bloc Aix-Marseille manifestait en 2019 contre « la marche pour la vie » qui s’attaquait au  droit à l’avortement, avec des slogans « le conservatisme, du balais » ou « des embryons pour  notre potion ». L’archétype de la sorcière n’est pas uniquement repris pour la cause féministe, les  luttes sont nombreuses pour la sorcière – plutôt blanche et plutôt de milieu aisé – d’aujourd’hui  comme le proclame le manifeste du Witch bloc Aix-Marseille: « féministes, exclusives,  anarchistes, intersectionnelles, contre les oppressions systémiques. Nous sommes antiracistes,  antifascistes, anticapitalistes, antivalidistes, protravailleuses du sexe, militons pour les droits de  toutes les femmes, cis ou trans, des personnes LGBTQI+, des personnes racisées et notre groupe est anonyme et en non-mixité. » Néanmoins, ce mouvement contemporain ne fait pas  consensus et dénote d’un certain white feminism qui s’approprie culturellement des pratiques qui  lui sont étrangères et se revendique qu’une mémoire qui n’est pas la sienne. Les féministes  racisées rient devant l’oppression que subiraient certaines sorcières néophytes blanches  d’aujourd’hui et devant leur ascendance falsifiée. 

Buda Pest

par Pierre Chenoune-Liraud

Aujourd’hui capitale hongroise, la ville de Budapest que l’on connaît comme n’étant qu’une seule et même ville, s’est longtemps avérée être trois villes voisines, Buda, Pest et Obuda.

La perle du Danube, comme on la surnomme, est bien empreinte d’histoire. De ces trois villes concurrentes, séparées par le Danube, est né celle que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Budapest.  

À partir de quand, dans l’histoire, avons-nous pu parler de Budapest en tant que telle ?  

Il faut, pour cela, remonter au XIXème siècle, plus précisément en 1873, année où les trois villes de Buda, Pest et Obuda fusionnent pour donner ainsi naissance à la métropole de Budapest, telle que nous la connaissons. Bien qu’en réalité, cette idée avait déjà germé dans l’esprit des Hongrois dès 1849 où une première fusion avec une administration commune s’opère sous l’impulsion d’un gouvernement révolutionnaire. Elle est finalement révoquée à la suite de la reconstitution de l’autorité des Habsbourg. C’est donc bel et bien en 1873 que la fusion de ces trois villes prend vie définitivement. 

Pourquoi ces trois villes ?  

À l’époque déjà, Buda était la capitale de la Hongrie, mais n’était ni la ville la plus grande, ni la plus peuplée, à la différence de Pest. 

A priori, peu d’explications sont trouvables concernant la fusion de ces trois villes. Il faut alors regarder l’histoire à l’envers et voir quelles conséquences cette fusion et le redécoupage administratif a pu avoir.

L’Histoire nous apprend alors qu’à la suite de cette fusion, Budapest la nouvelle-née se trouvait être la plus grande ville, tout comme la plus peuplée de Hongrie, ce qui la propulsa au rang de seconde capitale de l’empire austro-hongrois, après Vienne. La  ville, de surcroît, devint une véritable ville mondiale et prit un poids considérable dans toute l’Europe. Riche de son patrimoine culturel développé et de son économie, la ville de Budapest sut jouir d’une réelle croissance démographique et économique. 

Quelles conséquences cette fusion a eu sur le long terme ?  

Dès la fusion des trois villes, Budapest est devenue une ville aux dimensions très importantes pour la Hongrie. Mais à partir de 1920 et du traité de Trianon qui « expropria » la Hongrie d’une partie de son territoire, la répartissant dans les pays alentours tels que la Serbie, la Roumanie ou la Croatie, Budapest devint une  véritable mégapole à l’échelle de la nouvelle Hongrie, considérablement réduite par ledit traité.  

Aujourd’hui, Budapest est parmi les capitales les plus dynamiques et importantes d’Europe. De son prestige de capitale, elle assure le rôle de siège des institutions politiques du pays, notamment avec le célèbre Parlement hongrois bordant la rive gauche du Danube. Budapest est aussi un pôle économique très important, ainsi qu’un espace culturel reconnu, attirant chaque année 4,3 millions de touristes, désireux de découvrir le Bastion des Pêcheurs, le Pont à Chaînes, le Château de Budapest, la basilique Saint-Stephen…  

La capitale hongroise a ainsi su bénéficier grandiosement de cette fusion, lui apportant un renouveau considérable, à elle, ainsi qu’à la Hongrie toute entière.  

Lyon et ses Lumières

par Pierre Chenoune-Liraud

À Lyon, durant la période de Noël, ne comptez pas sur la ville pour suspendre de petites guirlandes lumineuses violettes, rouges et vertes. Ne vous attendez pas non plus à voir un père Noël au centre commercial de la Part-Dieu. Non, à Lyon, ayez des attentes plus spectaculaires, voyez les choses en grand, faites preuve d’imagination et d’esprit créatif… Rendez-vous à la fête des Lumières.  

Mais la fête des Lumières, qu’est-ce que c’est ?  

La fête des Lumières est tout simplement le grand événement qui  rassemble tous les Lyonnais et les touristes qui ont fait le déplacement  pour admirer çà et là dans la capitale des Gaules -Lyon-, de magnifiques projections lumineuses accompagnées de musiques en tous  genres qui font vibrer toute la soirée durant, les rues lyonnaises. Lors de celle-ci, admirez la magie que procurent les somptueuses projections desquelles Disneyland n’arrive pas à la cheville. Mais surtout, n’oubliez pas d’admirer, contemporainement, les monuments qui servent de toile de fond aux lumières. Découvrez ainsi la grande Cathédrale Saint Jean-Baptiste, le palais de justice et les maisons mitoyennes du Vieux-Lyon qui bordent la Saône, la place Bellecour, l’intérieur du Grand Hôtel Dieu, le Château Lumière (résidence dans laquelle vécurent la famille Lumière), le Parc de la Tête d’Or, la rue de la République, la place des Terreaux et bien entendu…  la Basilique de Notre Dame de Fourvière, illustre édifice, symbole de la ville de Lyon nichée sur les hauteurs de la Colline de Fourvière. Bien entendu,  d’une année sur l’autre, de nouveaux bâtiments se retrouvent sous les feux des projecteurs, tandis que d’autres restent dans la pénombre.  

Mais alors, d’où vient cette fête mondialement reconnue ? Originalement, au début du mois de novembre, les Lyonnais déposaient un lampion sur leurs fenêtres pour fêter la vierge Marie et l’immaculée conception. Sachez chers lecteurs qu’à Lyon, on voue une adoration particulière pour la vierge Marie qui domine la ville du haut de la basilique de Fourvière. La légende raconte que cet amour est dû au fait que Lyon lors de l‘épisode de la peste noire, s’est trouvée particulièrement épargnée, des suites de nombreuses prières faites par les  Lyonnais depuis la colline de Fourvière à cette époque. 

Et aujourd’hui, modernité et avancée technologique obligent, les lampions ont été remplacés par des matériels de grande qualité qui, tous les ans, le temps de quatre jours en décembre, plongent la ville dans une explosion multicolore de lumières et de sons, comme un avant-goût de paradis dans la ville des lumières.

Pourquoi faut-il lire des comics en noir et blanc ?

Écrit par Théo Toussaint et illustré par @peydrawz

La couleur est une composante importante à la lecture d’un comic book. Elle permet de sublimer l’action ou donner une sensation de profondeur au sein des cases. Mais que se passe-t-il quand on retire le travail du coloriste pour souligner le rôle de l’encreur ? Les comics sont-ils initialement conçus en noir et blanc ?

Le noir et blanc renouvellent la lecture d’une œuvre.

L’artiste-peintre Vassily Kandinsky, pionnier de l’art abstrait au XXe siècle, publie l’ouvrage Du Spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier en 1910, dans lequel il théorise sa conception de l’art autour de la « nécessité intérieure ». Pour décrire sa vision, il utilise une métaphore : « En règle générale, la couleur est donc un moyen d’exercer une influence directe sur l’âme. La couleur est la touche. L’œil est le marteau. L’âme est le piano aux cordes nombreuses. »

Pour composer une bande-dessinée, il faut pouvoir compter sur une chaîne de production, où le savoir-faire de chacun des artistes va s’imbriquer dans un ensemble cohérent. Le/la dessinateur.rice esquisse les visuels, l’encreur.se sublime les traits et le/la coloriste ajoute les nuances et teintes artisanalement ou par ordinateur. Les réflexions de Kandinsky entrent parfaitement en résonance avec la conception d’une œuvre dessinée, on peut prendre en exemple Batman : un long Halloween pour illustrer cette osmose avec le travail sur les couleurs froides de Gregory Wright, qui accentue l’atmosphère de film noir qui transparaît tout au long du récit.

Pourtant, la colorisation de l’œuvre est une étape avancée dans la création d’un comics, bien après l’encrage et juste avant le lettrage, c’est-à-dire l’édition des bulles de dialogue. Il apparaît que la totalité des bandes-dessinées existent originellement en noir et blanc. Si ces versions sont habituellement confidentielles, certaines initiatives remettent au goût du jour ces rares ébauches. 

Depuis maintenant 7 ans, Urban Comics, label d’édition français affilié aux parutions de DC Comics propose des impressions inédites destinées aux collectionneurs et aux fans de super-héros : certains tomes, tirés en quantité limités, proposent de (re)découvrir les aventures de Batman, Superman et des autres protagonistes dans un format noir et blanc.

La première itération fut imaginée pour célébrer les 75 ans de la première apparition du Chevalier Noir de DC Comics, 5 œuvres majeures furent sélectionnées pour être adaptées en album collector : Batman Année Un, Silence, La cour des hiboux, Amère Victoire et The Dark Knight Returns. La réédition de ces aventures fondatrices des mythes autour du justicier de Gotham City offre une nouvelle perspective visuelle ; le scan des planches originales propose un rendu minimaliste et simplifié sur les cases. La cour des hiboux et Batman Silence, deux œuvres dessinées par Greg Capullo et encrées par Jonathan Glapion s’attachent à souligner les trames et intensifient les noirs. Pour Batman Année Un, le travail de la coloriste Richmond Lewis sur la publication de 1987 ancre la ville de Gotham un univers crade et décadent par l’ajout d’effets visuels comme des projections d’encre sur les planches et des couleurs ternes. La ressortie noir et blanc de 2014 occulte cet aspect tout en proposant une nouvelle lecture, les niveaux de gris sont inexistants, le rendu monochrome de David Mazzucchelli fait directement référence aux influences des films noirs.

Enfin, l’adaptation de The Dark Knight Returns fait figure d’exception, les originaux de l’œuvre culte de l’auteur Frank Miller ne sont plus disponibles. Il semble qu’Urban et DC Comics ne soient plus en possession des planches de 1987. L’éditeur a donc retravaillé chaque page scannée en couleurs pour les passer en noir et blanc via Photoshop. Ce dispositif démontre certains défauts. Par exemple, les pages présentent des niveaux de gris et des textures étranges. Malgré les quelques imperfections, l’ouvrage reste lisible et permet de souligner le dessin de Miller.

Urban Comics réitérera la parution d’une nouvelle collection spéciale pour les 80 ans de Batman, avec l’ensemble des œuvres produites par l’auteur Scott Snyder et le dessinateur Greg Capullo. Depuis, ces nouvelles adaptations de comics noir et blanc continuent de paraître, indépendamment d’un quelconque événement-anniversaire, avec des créations plus récentes comme Batman Créature de la nuit ou le fameux Batman White Knight. Dernière étape de la démocratisation de ces éditions, des comics noir et blanc vont également être republiés pour d’autres personnages comme Superman, Wonder Woman ou encore Shazam. Il est possible de se questionner sur la pertinence du format noir et blanc pour certains ouvrages, comme Superman Unchained écrit par Scott Snyder et dessiné par Jim Lee et Dustin Nguyen. Le récit offre de bonnes pistes de réflexion sur le personnage de l’homme d’acier, mais peine à se renouveler dans sa narration, l’histoire oubliable ne peut pas être considérée comme une pierre angulaire du mythe de Superman. L’apport du noir et blanc ne contribue à rien de plus au sein du comics, les nouveaux visuels n’ajoutent aucun niveau de lecture et l’encrage reste simpliste, mis à part les trames qui renfoncent les lignes de fuite.

Le noir et blanc sont un choix éditorial.

Certains comics sont spécialement édités en noir et blanc, l’un des plus iconique est The Walking Dead imaginé par Robert Kirkman et dessiné par Tony Moore puis Charlie Adlard. La bande-dessinée s’attache à nous narrer la quête du shérif Rick Grimes et sa communauté, amenés à survivre dans un monde ravagé par une invasion de morts-vivants. 

Les créateurs ont souhaité utiliser le noir et blanc bien avant la diffusion du premier numéro en 2003. Au-delà de l’aspect esthétique, cette composition permettait de gagner du temps à la production. La petite équipe éditoriale a enchaîné sans interruption la diffusion mensuelle d’un chapitre de l’histoire jusqu’en 2019. Pour fluidifier les étapes de conception, les artistes envoient/envoyaient directement les planches au lettrage juste après l’encrage, afin de rapidement imprimer une version finale. Ce mode de fonctionnement avait également des avantages économiques : les frais d’impression en noir et blanc sont bien moins chers. Pour autant, l’avantage de l’absence de couleurs est bénéfique dans la portée diégétique de l’œuvre. En pensant de la sorte The Walking Dead, Robert Kirkman faisait directement hommage au film d’horreur La Nuit des Morts-Vivants de George Romero sorti en 1968, également en noir et blanc. Cette référence au cinéma de genre est accentuée par le travail sur l’ombrage et la colorisation des nuances de gris par l’encreur Cliff Rathburn, dont les effets de textures rappellent le grain de la pellicule des vieux films de zombies.

La composition monochrome des cases atténue la violence et le côté gore de certaines scènes. L’univers de The Walking Dead regorge de moments dramatiques, de situations macabres et d’événements morbides. Pour compenser la violence graphique, l’absence de couleurs crée une distance, on ne voit pas le rouge du sang, par exemple.

Depuis octobre 2020, la série de Robert Kirkman et Charlie Adlard ressort en version deluxe colorisée par l’artiste Dave McCaig. Le rendu offre une vision moins anxiogène et horrifique des aventures du sheriff Grimes : les différents niveaux de détails et d’ombrages sont soulignés par une variation des palettes de teintes. Si cette nouvelle édition peut attirer de nouveaux lecteurs, il convient également de s’interroger sur l’ajout de couleurs, en comparaison des points évoqués précédemment. 

Les comics en noir et blanc arrivent à rendre une sensation de tangibilité, les différentes touches de nuances renforcent l’immersion dans un univers fictif, cette conception graphique joue avec nos repères de lecteurs pour nous imprégner la rétine. L’absence de couleurs dévoile le travail réalisé.e.s par les dessinateur.rice.s et encreur.se.s, souvent oublié.e.s dans l’industrie du comic book au profit de l’auteur.

Travail : et si nous le repensions avant de le reprendre ?

par Nicolas Gruszka

Le confinement a permis de mettre le doigt sur certaines limites inhérentes à notre système économique liées au travail. Mais surtout, il nous laisse philosopher et le voir sous de nouvelles perspectives.

« Il y aura un avant, et il y aura un après »… ou pas !

Nombreux sont les spécialistes à espérer que cette crise sanitaire liée à la Covid-19 transforme en profondeur nos sociétés en souffrance. Mais est-ce vraiment le cas ? Confinement ou pas, on fait toujours appel à des travailleurs détachés pour nos récoltes. L’autonomie alimentaire n’est pour l’instant qu’un concept. On commande toujours en ligne des biens de consommation qui arrivent par cargo, tout en râlant sur les émissions de CO2 et la fermeture de nos commerces locaux. Grâce à tous nos efforts, bientôt Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, aura un confortable statut de billionnaire. On continue d’ailleurs de jalouser cette poignée de milliardaires aussi riches que la moitié de la population mondiale. 

Nos dirigeants lorgnent toujours sur de nouvelles ressources, comme le projet de mine d’or « Espérance » en Guyane – un an après l’abandon officiel de « la Montagne d’or »- c’est dire si leur bon sens est fragile ! Nos marchandises font toujours 5 à 6 fois le tour du monde. Les exploitants, esclaves de la finance, sont toujours conditionnés à ne regarder que l’argent généré et presser les exploités à extraire davantage les ressources, façonner, assembler, vendre et distribuer. Notre Iphone13 en dépend ! Il sera d’ailleurs relié à la 5G pour mieux capter les vidéos en HD qui nous aideront à davantage nous couper du monde réel. Et ce n’est pas de notre faute si nous devons en racheter un, la batterie du précédent ne tenait plus la charge, merci à l’obsolescence programmée !  

Les filières de recyclage et de revalorisation des déchets ne sont pas plus aidées qu’auparavant. On ne peut sans doute pas soutenir à la fois Renault, Air France et des initiatives souvent portées par une minorité isolée et marginalisée. A quoi bon, de toutes façons, quand on voit le nombre de masques à terre depuis le déconfinement, on se doute bien que l’humain se soucie de la planète que lorsqu’il n’a rien d’autre à penser. 

Dans le secteur tertiaire, ce qui a changé, c’est que maintenant, on peut faire tout ça en pantoufles depuis chez soi, grâce au télétravail ! Grâce aux machines, le lien social est préservé ! Encore faut-il en maîtriser les outils et ne pas se laisser entraîner par la lente fusion entre sphère publique et sphère privée, dont les applications de traçage pour raisons sanitaires n’en sont que la figure de proue. 

Applaudissons donc à la fenêtre ce qu’il reste de positif à notre humanité ! Et félicitons-nous, tous ces exploits sont le fruit de notre travail !

Ne soyons toutefois pas mauvaise langue, cette pandémie aura quand même permis de mieux considérer les métiers des soignant-e-s, des chauffeurs, des manutentionnaires, et de celles et ceux qui ont fait tenir debout notre société toute entière, mais à quel prix ? Celui du SMIC ! Avouez que ça vaut bien une petite médaille et une petite prime de risque ! 

Bref, les changements majeurs dans notre rapport au monde semblent être, eux, restés confinés. C’est comme si nous étions pris dans l’engrenage de notre propre système ; à tel point que souvent la perspective de l’effondrement nous apparaît à la fois comme une fatalité et comme une solution. 

Un triptyque Travail-Effort-Salaire

Selon la légende, plutôt controversée, l’étymologie du mot travail est associée au latin Trepalium, désignant un instrument de torture, confortant l’idée de souffrance et d’effort inhérent à cette discipline. De plus, le travail renvoie à la notion de salaire et donc de moyen de subvenir à ses besoins. Le salaire est ainsi érigé en récompense d’un certain effort, effort qui semble être mesuré surtout en fonction du niveau d’études ou de sa pénibilité, plus que de son utilité. C’est en tout cas cette fragilité du système que le confinement généralisé a mis en lumière.    

Aujourd’hui, vouloir rééquilibrer l’échelle des valeurs de nos métiers semble être l’enjeu et la leçon à tirer de cette crise sanitaire. D’où ces tentatives d’ajustement, mais qui se heurtent à une problématique de plus grande ampleur, celle du triptyque travail-effort-salaire. 

Le salaire, pris comme argent gagné en échange du travail fourni, est la seule entité vraiment mesurable de ce triptyque. On a tendance à vouloir mesurer le travail en temps et en résultat, et à faire correspondre ce temps dépensé à un salaire défini, pondéré par la valeur qu’on attribue à l’effort qui lui correspond. 

Mais est-ce vraiment un bon calcul ? Le temps passé à obtenir un résultat n’est-il pas complètement aléatoire ? Il dépend de l’expérience, de l’humeur et de la santé du travailleur, des contraintes environnementales, des ressources dépensées, et de tellement d’autres paramètres ! On a beau appliquer les lois de Pareto, selon lesquelles 80 % du résultat est dû à 20 % du travail et inversement, cela reste une estimation qui semble très approximative. 

De même, rétribuer le travail accompli par un salaire défini est certes sécurisant pour l’employé et son employeur, mais pas forcément beaucoup plus fiable mathématiquement. Dans un monde simpliste et idéal, on diviserait la quantité totale d’argent par le nombre de travailleurs, toujours selon des pondérations établies en fonction de l’effort fourni. Or, la quantité totale d’argent à distribuer est variable. On le voit bien lors d’une pandémie ou d’une catastrophe naturelle. « Réparer » notre système est coûteux et le coût ne correspond plus à l’effort fourni.  Pour être à l’équilibre, il faudrait alors aussi faire fluctuer soit les salaires, soit le nombre de travailleurs. Ce qui nous montre que la sécurité de l’emploi telle qu’on la connaît aujourd’hui n’est pas viable mathématiquement. 

Va-t-on s’en plaindre pour autant ? Pas tant qu’une partie de notre système économique en dépend. Pas de prêt bancaire sans CDI. Pas de logement sans gagner 3 fois son montant. Pas de retraite complète sans un nombre suffisant d’annuités. Autant d’injonctions de notre modèle sociétal qui ne laissent place ni à l’échec, ni au vivant dans son ensemble. 

Le sens du devoir

Mais laissons de côté les valeurs comptables pour s’intéresser aux valeurs morales liées au travail. L’apparition de nouvelles maladies telles que le burn out ou le bore out nous montre à quel point la question du sens est cruciale. Dépassons le caractère aliénant qu’on associe trop souvent au travail. Car ce à quoi nous œuvrons tous autant que nous sommes, quelquefois inconsciemment, c’est à la construction de notre société dans son ensemble. C’est pourquoi nous nous devons de considérer le travail comme essentiel et nécessaire. 

Alors pourquoi le haïssons-nous si souvent ? Parce que, depuis des années, les méthodes de management ont généré de l’injustice et altéré la perception qu’on s’en fait. Tous les modèles liés au travail sont borgnes et nous rendent aveugles au désastre que nous produisons. A ne regarder que la valeur économique, à considérer l’humanité comme un tout indépendant du reste du vivant, nous en sommes arrivés à des absurdités sans commune mesure. En considérant l’effort et le résultat individuel au lieu de la construction collective, nos patrons nous poussent souvent à la comparaison, à la compétition, au détriment des capacités momentanées de chacun. De plus, la mauvaise répartition de la pression individuelle provoque un désintérêt global et un sentiment d’aliénation. 

Vous connaissez sans doute cette histoire des trois tailleurs de pierre à l’œuvre. L’un grommelle, l’autre semble indifférent, le troisième rayonne. Quand on demande au premier ce qu’il fait, il marmonne qu’il taille des pierres en pestant. Le deuxième, un peu plus méthodique, explique qu’il construit un mur.  Le troisième, quant à lui, aussi concentré qu’heureux, déclare qu’il érige une cathédrale ! Ils font tous les trois le même travail, mais la perception qu’ils en ont change non seulement leur moral, mais aussi leur résultat. 

La notion du sens dans le travail est donc importante. Elle doit être posée à l’échelle de l’ensemble du vivant, et remise en question à chaque instant. Notre modèle doit évoluer en permanence en fonction de son environnement. La question de l’effort doit elle aussi être régulièrement réinterrogée, au vu des nombreuses évolutions technologiques qui nous aident à accomplir notre travail autant qu’elles nous rendent dépendant. 

Quelles leçons à tirer de la crise sanitaire ?

Alors quel modèle pour demain ? Quelles leçons va-t-on tirer de cette pandémie créée par l’absurdité de notre système. De cette exploitation du pangolin à cette agglutination de bouches à nourrir et d’humains dépendant de leur salaire ? De cet acheminement chaotique de denrées alimentaires et de masques de protection ? De cet effort incommensurable pour soigner et protéger nos plus vulnérables ? De ces aides nécessaires pour subvenir aux besoins d’acteurs de secteurs aussi variés que l’artisanat, la culture, et l’hôtellerie-restauration, tous statuts confondus ? Quelles leçons va-t-on tirer de la façon dont nos pédagogues ont dû s’adapter pour continuer à instruire nos enfants ? Comment vont s’orchestrer nos déplacements, maintenant qu’on a eu la preuve de l’impact de leurs émissions néfastes pour la planète ? S’agit-il simplement de réparer notre système ou de le reconstruire, de le remodeler ? 

Si la tendance de nos gouvernants est de changer le moins possible, de reprendre le plus rapidement comme auparavant le cours des choses, peut-être juste en nous culpabilisant davantage sans nous donner les moyens de tester de nouveaux modèles, il ne nous est pas interdit de penser à plusieurs pistes d’évolution. Allez, rêvons un peu ! Imaginons notre futur !  

Ancrer davantage le travail sur un territoire. 

Pour redonner du sens à notre travail, il faut que nous puissions voir l’impact de nos efforts. Sur nos vies autant que sur notre environnement. Nous ne prenons conscience de nos actes que si nous les voyons. 

Tant que nos I phones seront fabriqués à partir de matières premières extraites en Afrique, assemblés en Chine et vendus par des multinationales, nous ne verront pas l’impact de nos actes. Nous continuerons donc de les vendre, de les acheter, de concevoir de belles applications en ayant l’impression de bien faire et de servir le bien commun. 

Tant que nos déchets seront emmenés loin de nous et souillerons d’autres terres que les nôtres, nous continuerons de les produire, la plupart du temps sans nous en rendre compte. Quel communicant a conscience qu’à chaque partage d’événement local voué à renforcer le lien social, c’est un peu plus de banquise qui fond à l’autre bout de la planète.  

Tant que nos médias seront centralisés, nos informations seront partielles et partiales, décorrélées des subtilités locales. Les images et discours produits ne feront que renforcer le déracinement de nos pensées. Il en va de même pour notre politique globale et nos lois ; citons à titre d’exemple les ravages de la politique agricole commune sur la biodiversité et sur le moral de nos agriculteurs.

Nous avons d’ailleurs tout intérêt à réorganiser notre système agricole pour gagner notre autonomie alimentaire, si nous voulons pallier au risque de pénurie. La pandémie a révélé la fragilité du secteur, que ce soit au niveau de la production, de l’acheminement ou de la distribution. Il suffit d’un grain de sable, une tension diplomatique qui bloque l’accès au pétrole, et donc au transport des produits ; une sécheresse non anticipée ; l’arrêt brutal des exportations de la part d’un pays inquiet, et c’est toute l’industrie agroalimentaire qui s’effondre. 

Nous devons donc repenser le travail localement, et autour de nos besoins fondamentaux. Notre nourriture, notre énergie, nos liens sociaux, notre culture, nos foyers… 

« Nous ne sommes pas le produit d’un sol, mais celui de l’action qu’on y mène », dit le proverbe. Ce qui nous lie, ce sont nos actions, mais si elles ne sont pas enracinées à notre environnement, notre société est volatile et parasite, et alors nous ne valons pas mieux que le virus SRAS-COV-2. Veillons toutefois à ne pas nous considérer comme seuls légitimes sur ce territoire. Considérons le vivant dans son ensemble et ne nous voyons pas au centre de toutes les interactions. Laissons des espaces libres, au sein de notre territoire, où la nature aura tous ses droits. 

Réorganisons notre travail selon un nouveau triptyque

La notion de temps de travail est difficile à réguler. Imposer la semaine de 35h ou 39h est une moyenne comptable qui ne prend pas en compte les paramètres variables de l’effort à fournir et rend le travailleur sujet et non acteur de ces réalisations. Pensons plutôt le travail en missions ou en projets à accomplir. 

De même, le rêve que chacun puisse trouver un travail qui lui plaît est vain. Il est des métiers que personne ne veut faire et qui sont pourtant essentiels à notre société. Trouver du plaisir dans son travail est une notion bien différente de celle de trouver un travail plaisant. Mais fort heureusement, le niveau global d’étude et l’intelligence collective nous a rendu bien plus polyvalents qu’autrefois. Au lieu de penser le travail comme un service unique à la société, nous devrions le penser selon trois catégories par lesquelles nous devrions forcément passer. 

La première, serait de l’ordre de la corvée. Le service à la société, mais qui ne nous fait pas vraiment plaisir. Nous accomplirions cette mission à tour de rôle, pour permettre à chacun d’accéder à la deuxième catégorie, celle du travail créatif, inspirant, celle au service du bien-être et du confort, toujours afin de servir la société, mais plus valorisant pour l’estime personnelle. Ainsi, les designer et les hôtes de caisse partageraient un même vécu, puisqu’ils pourraient exercer leurs métiers respectifs à tour de rôle. Les banquiers du lundi pourraient être les maçons du vendredi. Les agriculteurs pourraient être délestés d’une partie de leur travail puisqu’une plus grande partie de la population serait autonome et travaillerait quelques heures à sa ferme de quartier. Ce vécu partagé souderait la société et renforcerait l’esprit collaboratif. Évidemment, avec un tel système, les temps de formation devraient être revus, et les études faites uniquement en début de vie seraient réparties sur toute la vie. 

La troisième catégorie de travail serait le travail personnel, pour assurer sa survie et celles des autres. Un temps pour s’occuper de soi, de ses proches, des plus fragiles, un temps pour soigner de manière générale l’âme du monde. Il s’agirait d’un temps pour prendre soin non pas de l’espèce humaine uniquement, mais du vivant en général. Au vu des dégâts que notre espèce provoque sur Terre, il y aurait de quoi faire pour réparer. Il s’agirait tout simplement de rétablir le juste équilibre entre ce que la nature nous donne et ce que nous lui apportons.

Avec quels moyens ? 

Pour entamer une telle mue dans notre système, il faudrait pouvoir s’affranchir de notre dépendance à l’économie. Considérer que l’argent est un moyen d’échange parmi d’autres. Remettre en avant l’échange naturel de biens et de services entre citoyens. La notion territoriale en est une des clés. Par exemple, une mairie pourrait offrir un logement et un moyen de transport propre à ces employés plutôt qu’un salaire indécent complété d’une triade d’aides sociales.   

D’autres pistes sont intéressantes. Le revenu universel, versé toute la vie sans condition, permettrait de repenser le salaire comme ressource et non comme but. De nombreux détracteurs de ce procédé y voient là un moyen de s’affranchir du travail et de pousser à l’oisiveté. Mais cette vision est issue d’un conditionnement à relier systématiquement le travail au salaire. Or ce n’est déjà pas le cas pour le bénévolat, le travail de l’éducation des enfants ou les attentions solidaires à ses voisins. Le confinement a mis en exergue ce type de travail là, sans pour autant l’avoir valorisé. Certains départements, dont celui de la Gironde, ont d’ailleurs relancé l’idée du revenu universel, dont la demande d’expérimentation avait déjà échouée il y a un an. Pas sûr que nos dirigeants aient changé d’avis depuis, mais le droit à l’expérimentation doit être débattu autant de fois que le contexte le permettra. Expérimenter, c’est le premier pas pour changer, quitte à se tromper. 

Enfin, dans ce même objectif de mieux répartir l’effort collectif, le progrès technologique aurait sa place à jouer. Il nous permettrait d’être plus efficace en travaillant pour plusieurs missions à la fois. Les cerveaux de la jeune génération sont déjà rompus à l’exercice. Combien d’étudiants apprennent leurs cours tout en suivant une série ou en écoutant un podcast ? Le livreur à vélo pourrait en pédalant produire et stocker de l’énergie qui serait redistribuée à la collectivité une fois le vélo garé à une borne spéciale. La chaleur de nos serveurs, relocalisés, pourrait nous chauffer en hiver. L’homme de bureau pourrait piloter la récolte à distance via une machine mécanisée. Tout ceci serait possible à condition de collecter au préalable les outils nécessaires, reconditionnés à partir d’anciens objets technologiques désuets, afin d’extraire le moins possible de nouvelles ressources de notre planète. La meilleure des ressources, sans doute inépuisable, ce sont d’abord et avant tout nos idées ! !  

%d blogueurs aiment cette page :