Tuer l’ennui du Confinement avec un jeu vidéo (ou cinq ?)

Article écrit par Bastien Silty

En cette période de confinement, je n’ai qu’une seule envie, sortir de mon 17m2 et voyager, profiter des paysages de ma ville, de ma campagne et de voir la vie dans les yeux des gens. Heureusement, mes jeux vidéos sont là et voici alors une petite liste des jeux vidéos me rappelant c’est quoi la vie dehors. Cet article est garantie spoiler-free.

A commencer par Life Is Strange. Paru le 30 Janvier 2015 en cinq épisodes, il vous permet de vous replonger dans vos journées universitaires. En incarnant Maxine « Max » Caufield retournez dans votre hameau d’enfance qu’est Arcadia Bay. Vous retrouverez votre meilleure amie et serait plongé·e dans une histoire intrigante ou vos décisions seront cruciales pour la suite des événements. DONTNOD réussi pleinement à reprendre cet esprit universitaire américain entre bully, amitié, cours, résidence CROUS et grosse soirée où drogue sexe et alcool sont de la partie. Intégrez à cela votre âme de photographe en herbe et vous pourrez vous laisser porter au gré du temps. Ce temps qui est à votre merci puisque Max peut le remonter afin de changer le cours de sa vie.

Vous préférez peut-être les grands espaces ? Quoi de plus grand qu’un désert ? Quoi de plus envoûtant qu’un monde vous permettant de créer vos propres histoires et conclusions ? Pour retrouver cet amour du vertige, il suffit de jouer à Journey sorti en mars 2012 par ThatGameCompagny. Ce jeu indépendant vous emmène dans un endroit mystique ou la magie opère dans un désert brûlant de retourner à la vie. Incarnez ce personnage en cape rouge et écharpe grandissante pour visiter des ruines, surfer, partir à la rencontre de petits tapis volants et profitez de la beauté qui vous est proposé ainsi qu’une bande-son remplissant votre cœur d’une joie pure.

Peur de vous ennuyer ? Besoin de stimuler votre cerveau ? Résoudre des énigmes est votre passion ? Alors armez vous de votre clavier et de votre souris et partez grimper vers la connaissance de Dieu dans The Talos Principle. Ce jeu de la société croate Croteam paru en décembre 2014 vous fixe un décor antique, d’ancienne Égypte puis médiévale où des labyrinthes grandeurs natures prendront vie devant vous. Prenez vie dans le corps d’un Androïde suivant les préceptes célestes d’Elohim. Tentez de découvrir votre nature et la nature de votre créateur, mais surtout, ne grimpez pas dans la tour.

Si tout cela peut manquer d’action et de petite bête toute mignonne, Ori and the will of the wisps paru en mars 2020 par Moon Studios est fait pour vous. Jouez avec Ori et partez explorer ce monde sous-terrain magnifique plein de verdure et tentez de sauver votre ami. A l’image de Journey, la bande son est un véritable chef d’œuvre. L’orchestre de Gareth Coker permettant une immersion totale dans cet univers féerique. Ce véritable Metroidvania centré autour de ses mécaniques de déplacement vous tiendra en haleine du début à la fin.

Vous êtes salarié·e dans une grosse boîte et que votre métier consistant à appuyer sur des boutons vous manquent ? Vous êtes alors dans la même situation que l’employé 427 de The Stanley Parable. Stanley menait une petite vie simple où son travail d’une simplicité rare ne lui a jamais demandé trop de réflexion. Ce jusqu’au jour où il se retrouva seul dans son étage, ni ses collègues, ni son patron n’étaient présents et les ordres vinrent aussi à manquer. Il se retrouva alors dans une situation compliquée : faire des choix. Plongez-vous dans cette critique de la société actuelle signée GalacticCafe et tentez de comprendre ce qui peut bien être en train de se passer.

https://www.youtube.com/watch?v=mpRhaXfvG_0
https://www.youtube.com/watch?v=mU3nNT4rcFg
https://www.youtube.com/watch?v=iAVh4_wnOIw
https://www.youtube.com/watch?v=2kPSl2vyu2Y

TACK N°3 – NATURE : Princess Mononoke

A studio ghibli film directed by Hayao Miyazaki.

Critique by Heolruz / Translated by Maia Sefton

I would like to start this paper off by disclosing my thought process and why I chose to present this film. First of all nature is one of the leading themes,it is as if you were to take a paint brush and dip it in green paint, you would find the untouched, unexploited and immaculate forests and fields that are represented in this movie.But there is also the matter of the other colors and shades of green that are meant to represent a higher power that reigns over the world, a power that humanity cannot overrun or dictate. To be put shortly, this is meant to be the way the world works, nature is everything to which humanity cannot apply strict rules and regulations, nature is free, it is the product of the earth. Nature isn’t just a geographical area defined by legislations and environmental borders.It isn’t just a place devoid of human life and activity.
Nature can’t be influenced and it is not judged. It’s what’s left when you remove all the changes provoked by human activity.
Keeping in mind this principal/idea, I searched high and low for a cinematic piece that would be interesting enough to share with you and, I realized that a lot of the movies that broached the subject such as​ Into the wild,​ ​Out of Africa​ or (even if it’s very good)​okja​ weren’t what I wanted to talk about. While I was searching I listened to quite a few broadcasts on the subject including a great broadcast on France Culture about Hayao Miyazaki’s animation films. That was the trigger. What better way to talk about nature than with an animated film. Contrary to traditional cinema there is a real affinity towards nature in animations, maybe because of the targeted audience, so I had a large choice between ​Pocahontas​, ​Princess Mononoke​ or even ​Brother bear​. I decided on the second, without hesitation since I listened to a fantastic broadcast and because I feel that it is by far the most interesting and complete to explore together.

Now where do we start? This film is produced by the Ghibli studios and has been broadcasted in cinemas since 1997, the director wanted to share his point of view of a very industrial dominated world. By the end of the 90’s Japan was one of the world leaders in technological advancements. The idea that the director had is shared by tradition and many other people, the idea is that there exists a connection between every individual and the earth. It’s also the idea that, after the second world war and the huge industrialization that followed, that there was some form of an ecological reaction that developed.

The movie is set in the XVth century, Ashitaka is a young man from a remote village with ancestral traditions, he is respected by all within his community. These traditions are what speak to the japanese public, I was specifically thinking of the scene where Ashitaka is forced to leave the village without being seen and he is not permitted to turn around or look back. There is a similar proceeding in ​The Ballad of Narayama ​by Shohei Imamur released in 1983. Ashitaka was poisoned by a sick/possessed boar so he must leave the village to find a cure. He must cross many different lands where he comes across villages, some home to crooks trying to make a bit of coin. Places and fields devastated by war, where even Ashitaka is forced to fight and kill, so he can continue his search for the god of the forest who is said to have thaumaturgic powers. What has the first passage tried to show us, well we have seen some of what is causing the people’s ailments and troubles, but there is also a complete rejection and very negative image of cities and towns, which go against, up until now, our only protagonists beliefs and way of life.

After his departure, Ashitaka meets an important character in the mountains, Miss Eboshi, a woman who leads an army as well as a forge, she is the leader of her community. This film is never thanked enough for the important roles given to all the female characters that are so well developed. Miss Eboshi is at the top of a whole work organisation that is divided into sections where everyone has their place. She built this place and united women that were thought to be inferior, lepers and quite a few indigineous people. The forge is at the heart of their new lives where everyone is considered equals since work at the forge is divided equally and one task is no more important than the others. So where is the problem?

Well there isn’t just one problem there are two, the first being the neighboring Lord who wants to get his hands on all of Miss Eboshi’s accomplishments, but he also craves immortality that can supposedly be found within the sacred forest. The second problem is Miss Eboshi’s work. Within her little community, her people are thriving, however on the outside nature and the forest are suffering. Ashitaka now has two enemies, and he decides to flee the forge when Miss Eboshi attempts to kill a wild girl, San, and her wolves.

When Ashitaka joins up with San, he learns that because of the deforestation of the magical forest to fuel the forge, the sacred animals have been cursed which pushes them to attack the nearby men and women. By perfecting her weapons and her army Miss Eboshi spreads the curse wherever she goes. We can see the moment Ashitaka realizes that a huge crisis is looming over the world since he knows, thanks to his experiences and his journey, that if the balance between the sacred forest, and human activity is broken, a great danger will be unleashed onto the world.

I will stop here so as to not spoil the whole cinematic art piece. We could linger on the many incredible friendships Hayao Miyazaki is able to build up in his movies but we have already gathered enough material on the subject of nature.

In summary you would need dozens of views to analyse all the ideas on nature and it’s preservation that are portrayed in this film. I didn’t talk about the role of the sylvains who are magical creatures that inform us whether the sacred forest is doing well, nor did I talk about San, who becomes a more prominent character in the second part of the film. The music used in the film is that of Joe Hisaishi and it allows us to really understand the aim of the film. I also never broached the subject of the mysticism bound to japanese films, but I don’t think I’m competent enough to touch on the subject.

To finish off there is a really good short film on the subject of nature called​ L’homme qui plantait des arbres​ it’s by Frederic Back and it dates back to 1987. It’s easy to find and I recommend you watch it, it retraces a touching story in less than thirty minutes with a really nice voice over.

INTERVIEW DE JEAN MICHEL GNIDZAZ

TACK : Bonjour, je vous laisse vous présenter et expliquer vos oeuvres ? 

Bonjour je suis Jean Michel Gnidzaz, artiste. Mon premier travail a porté sur le cinétique et j’en ai fait une déviance sur les oeuvres en Pop-Art. C’est pour ça que j’amène certaines oblitérations sur les tableaux, c’est-à-dire des lignes transversales coupées par une sorte de fenêtre au milieu.

Par rapport à l’exposition de ce soir, le style de vos tableaux fait beaucoup penser au Néo Pop, un dérivé japonais du Pop Art, quel est votre lien avec ce mouvement ? 

C’est ça, le Pop Art ! Mais c’est aussi beaucoup de bandes dessinées, j’adore ça, et des oeuvres très très colorées. 

Par rapport à vos inspirations, on peut citer Andy Warhol  ? 

J’étais un peu portée sur Roy Lichtenstein et Andy Warhol, un mix des deux, oui. 

Des tableaux aux résonances de la pop-culture actuelle, Tintin Mickey, ce sont des références intemporelles  ? 

Vous savez on est vite dépassé. C’est vraiment des symboles parce qu’on est né avec et il y a une évolution dans le design des bandes dessinée et c’est toujours d’actualité, on a rien inventé. 

C’est important pour vous le travail sur la bande dessinée ? 

C’est passager demain je ferais peut-être autre chose. Il faut évoluer.

On va évoquer vos expériences précédentes, vous êtes un artiste assez important de la scène parisienne et toulousaine et vous avez travaillé avec les Beaux Arts de Toulouse, comment on en arrive-là ? 

J’ai fait l’école des Beaux-Arts de Toulouse en architecture. Je suis à la retraite et je me suis relancé dans la peinture. Autrefois je faisais un peu « la peinture du dimanche » et maintenant je fais ça tous les jours. J’ai eu la chance d’avoir été repéré par des grandes galeries et au départ j’y croyais pas du tout, maintenant c’est une vitesse de croisière.

Il y a donc une cohérence au niveau de vos créations, qui tourne autour de ces lignes, vous pouvez nous en dire plus ? 

On appelle ça des oblitérations. Ce mot m’a été divulgué par un ami à moi, artiste à Nice, malheureusement décédé, Sosno qui a réalisé la Tête Carrée de Nice. Puis j’ai eu la chance de travailler avec Ultra Violet, qui a une époque a été l’égérie d’Andy Warhol et de Dali. Et malheureusement elle était très malade et elle est partie du jour au lendemain. Mais j’ai travaillé pour elle pendant un moment, elle m’avait invité à New York où j’ai pu travailler pour elle.

Une dernière question personnelle, qu’est-ce que vous pouvez considérer comme votre tableau préféré ? 

Mon tableau préféré c’est un des derniers tableaux qui fait référence à Picasso sur les femmes d’Alger. Entre autre, Picasso a fait quinze variantes des femmes d’Alger que vous pourrez retrouver sur mon site internet. 

Enfin, qu’est-ce qu’on peut dire de vos projets futurs ?

Variante tout à fait personnel d’oeuvres de grand maître comme Mondrian, Fernand Léger, Picasso.

Merci beaucoup, on vous souhaite une bonne exposition et un bon vernissage. 

Merci à vous, bonne continuation. 

Retrouvez l’artiste sur son site internet : http://www.jean-michel-gnidzaz.com/portfolio/vues-galeries/

%d blogueurs aiment cette page :