GARDER LE SOUVENIR : UN ART TRÈS SOUVENT OUBLIÉ

par Green

Le problème de la préservation de la mémoire est fortement controversé dans la société actuelle, caractérisé par une forte multiculturalité et animé par un sentiment de volonté de justice et d’égalité de la part des jeunes, et parfois des autres.

La mémoire des événements passés est souvent subjective et s’adapte à la version des faits de ceux qui la transmettent, dans un monde où des personnes ayant des origines et des points de vue différents sur l’histoire cohabitent également au sein des mêmes États. L’art en paie souvent les frais. Malgré cela, je pense que l’art est l’un des moyens les plus forts et fonctionnels , auquel on confie souvent un rôle important de commémoration et de préservation de la mémoire.

Un exemple est une exposition que j’ai vue au Palais-Royal à Milan, de la photographe américaine Margaret Bourke-White intitulée Prima, Donna« . Le thème de cette exposition était le récit de la vie de cette femme exceptionnelle à travers ses reportages photographiques pour l’hebdomadaire Life.

Le voyage commence dans les industries américaines, mettant l’accent sur les conditions des ouvriers dans les usines aux photographies aériennes. Continuant ensuite dans le Sud des USA pendant la période de la Dépression des années 30 et plus tard dans la Russie de Staline, où Margaret est la première photographe étrangère autorisée à prendre des photos en URSS.

Ensuite, en tant que journaliste de guerre, Margaret dépeint les horreurs du camp de Buchenwald où elle vit pendant un certain temps. Puis elle voyage en Inde, où elle documente en même temps sa séparation du Pakistan. Elle obtient, à ce moment-là, un portrait de Gandhi à quelques heures de sa mort. Enfin, elle se rend en Afrique du Sud où elle capture dans son appareil photo la situation des mineurs, puis photographie en couleur la ségrégation raciale aux États-Unis.

Ses clichés ne dépeignent pas seulement le sujet de l’image, ils sont aussi extrêmement expressifs et communiquent les émotions ressenties par les gens à ce moment-là, en créant une fenêtre sur le monde de cette période et sur la situation de ceux qui la vivaient. Les visages eux-mêmes racontent d’un point de vue interne et personnel des périodes historiques différentes, parfois décrivant la réalité différemment de la façon dont on peut la percevoir aujourd’hui.

De toutes les salles de l’exposition, celle qui m’a le plus frappé était celle consacrée à l’Afrique du Sud et à la situation aux États-Unis pendant la ségrégation raciale. À travers ses photographies, Margaret Bourke-White raconte la situation dans les années 1950/1960 en Afrique du Sud, un pays de 8 millions de Noirs contrôlés par moins de 2 millions de Blancs où l’apartheid et la ségrégation raciale étaient un système social approuvé par l’État. Mais pour la première fois, il est opprimé et non oppressé.

Bourke-White photographie des enfants derrière des barbelés, des mineurs et des esclaves forcés dans les camps contrôlés par les blancs et raconte de même la ségrégation raciale des États-Unis d’Amérique, et en particulier dans la ville de Greensville, en Caroline du Sud, à travers un reportage visant à approfondir la culture et la situation des Noirs dans le climat tendu de l’Amérique des années 70.

Ses photographies sont le témoignage vivant d’un passé qui a intéressé tous les États européens et l’Amérique, et qui tend à être souvent considéré comme quelque chose de lointain et presque oublié, ou qui n’est rappelé que du point de vue européen. Avec ses photographies, Margaret montre l’autre côté de l’histoire en gardant vivante la mémoire des personnes, des abus subis et de leur souffrance.

Garder la mémoire vivante est également très important pour permettre à l’histoire de ne pas se répéter, car l’être humain oublie très vite. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s